Egopode – Herbier en Baie de Somme

Egopode
(Aegopodium podagraria)
Famille des Apiacées (Ombellifères)

Une « mauvaise herbe » pour les jardiniers, l’égopode fait parti en cuisine des plantes sauvages préférées et était déjà très prisé des Romains. Il se laisse préparer de beaucoup de façons, par exemple comme épinard, en lasagne, en farce pour ravioli ou comme garniture de quiches. J’utilise les graines légèrement grillées dans mon « curry des prés ».

Je le trouve en lisière du bois de Ribeauville.

Cueillette : feuilles, avril-octobre
fleurs, mai-août

Les feuilles les meilleures sont celles du premier printemps, avant que les tiges florales ne se développent. Mais la plante peut encore être cueillies après la floraison.

Habitat : bois frais, haies, jardins.

Particularités de la plante :
– peut être confondu avec la petite ciguë (toxique), ou avec l’angélique sylvestre ;
– forme de vastes colonies.

Propriétés médicinales : la plante entière est stimulante, diurétique et vulnéraire. On l’a utilisée depuis l’Antiquité pour soigner la goutte ou « podagre » d’où l’épithète latin (« podagraria ») et le surnom français (« herbe-aux-goutteux »).

Utilisations culinaires :
– jeunes feuilles en salade ou en beignets,
– feuilles macérées en choucroute,
– en légumes cuits à la vapeur,
– fleurs en décor,
– les graines peuvent servir à mariner un poisson (après les avoir broyées au rotor).

0 comments on “Egopode – Herbier en Baie de SommeAdd yours →